Excite

Comprendre la NASCAR

La NASCAR est un sport automobile américain mettant en compétition des stock-cars. Le premier championnat fut organisé en 1949 et ce sport a vu sa popularité croître jusqu’à devenir, depuis une quinzaine d’années, la compétition automobile par excellence aux États-Unis et l’un des sports les plus suivis du pays.

Pour les non américains comme nous, les sports typiques des États-Unis comme le baseball ou le football américain sont parfois difficiles à comprendre, et la NASCAR ne fait pas exception.

La NASCAR comporte trois divisions dont la catégorie reine est la Sprint Cup, les deux autres étant la Nationwide Series et la Truck Series. En Sprint Cup et depuis 2004, la saison est décomposée en deux parties. La première, appelée « saison régulière », se compose de 26 courses. Seuls les douze meilleurs pilotes de la saison régulière (les dix premiers ainsi que deux autres repêchés ayant le plus gagné) peuvent prétendre au titre de champion. Après la 26ème course, les compteurs sont remis à zéro pour ces dix pilotes (plus un bonus par victoire pour les non repêchés), et débute alors la période la plus excitante de la saison, « The Chase », dix courses durant lesquelles le titre se joue entre les douze « chasers ». Bien sûr, tous les autres pilotes, qui ont conservé leurs points acquis, disputent aussi les courses du Chase, le treizième du championnat recevant même une prime conséquente pour que la bagarre se joue à tous les niveaux.

43 pilotes prennent le départ de chaque course. Chaque pilote, qui garde bien souvent son numéro de coureur à vie, est soutenu par un sponsor principal, ce qui fait que chaque voiture a des couleurs différentes et est aisément identifiable. Il y a quatre constructeurs (Ford, Chevrolet, Toyota, Dodge), et un certain nombre d’équipes, certaines très réputées possédant quatre voitures, d’autres très confidentielles avec une seule voiture et au budget limité. 35 pilotes environ dispute la totalité des courses ou presque, et certains font quelques piges en tentant de se qualifier, généralement pour glaner la prime de départ, faire parler du sponsor et parfois abandonner après quelques tours faute de moyens.

En 2011, un nouveau système de points favorisant la bagarre et le panache a vu son apparition. Le vainqueur marque 43 points + 3 points de bonus pour la victoire, le deuxième 42 points, et ainsi de suite jusqu’au dernier (premier abandon) qui marque 1 point. Les courses comportent plusieurs centaines de tours et tout pilote qui boucle au moins un tour en tête marque un point ; le pilote ayant bouclé le plus de tours en tête en marque un supplémentaire. Certains points ne sont parfois pas décernés car au début de la saison, chaque pilote choisit dans quelle division il souhaite marquer des points. Il est en effet d’usage que certains des meilleurs pilotes de Sprint Cup participent également aux courses de Nationwide, mais également que les jeunes loups de la Nationwide fassent quelques excursions en Sprint Cup ; ce fut le cas de Trevor Bayne lorsqu’il remporta cette année à 20 ans la plus prestigieuse course de NASCAR Sprint Cup, les 500 miles de Daytona, alors qu’il n’était même pas en lice pour marquer des points.

Bien que 34 des 36 courses soient disputées sur des ovales, la saison n’est pas monotone. Sur les superspeedway (Daytona et Talladega), les pilotes sont pied au plancher dans tous les virages ; la puissance des moteurs est d’ailleurs réduite durant ces courses afin que la vitesse n’atteigne pas 400 km/h, et les pilotes roulent tous par paires (celui de derrière pousse celui de devant) pour aller encore plus vite. Certains ovales sont lents, avec rétrogradage dans les virages, d’autres ont des virages très inclinés ou plus plats, certains sont rectangulaires, d’autres triangulaires, l’un est en béton (Nashville) et non en asphalte ; certaines courses se disputent de nuit…Enfin, un autre attrait de la NASCAR est la starisation de tous les pilotes, très célèbres dans leur pays. Parmi les plus connus : Jimmie Johnson (champion de 2006 à 2010), Tony Stewart (champion en titre), Dale Earnhardt Jr (fils du mythique Dale Earnhardt, mort en course en 2001), Carl Edwards, Jeff Gordon, les frères Kurt et Kyle Bush, Kevin Harvick, Matt Kenseth ou encore l’ancien pilote de F1 Juan Pablo Montoya, deuxième non américain à remporter une course de NASCAR.

Spectacle et stratégie

La NASCAR est un sport très spectaculaire, où les pilotes n’hésitent pas à se frotter roue contre roue voire se heurter parfois, même si contrairement aux idées reçues ces derniers sont plutôt responsables et professionnels, et qu’hormis dans des cas bien particuliers, ils n’envoient pas leurs adversaires volontairement dans le mur.

La NASCAR est également une discipline très stratégique, où la voiture de sécurité intervient très fréquemment, ce qui permet de tirer parti d’une situation en économisant les pneus ou le carburant. On voit parfois des pilotes ralentir volontairement durant une phase de course pour décaler leur stratégie par rapport à leurs adversaires et surgir en fin de course avec des pneus plus performants. Inversement, des pilotes tombent parfois en panne d’essence dans les derniers tours car ils avaient parié sur une neutralisation qui n’est jamais arrivée. Les arrêts aux stands sont également cruciaux. Seuls deux pneus peuvent être changés simultanément, donc un pilote décidant de ne changer que les pneus extérieurs (ceux qui s’usent le plus) gagnera du temps aux stands sur ceux choisissant l’option de changer les quatre pneus, quitte à se retrouver en délicatesse en piste ultérieurement.

L’issue des courses est toujours incertaine jusqu’au drapeau à damiers ; 2011 a été particulièrement disputée, puisque sur les 36 courses il y eut 18 vainqueurs différents.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2020