Excite

Des voitures japonaises radioactives en Russie

Les douanes russes viennent de découvrir un taux de radiation élevésur des voitures d'occasion provenant du Japon, alors faut-il éviter les voitures japonaises?

Des retombées de Fukushima?

Un mois après le tremblement de terre de Sendai qui a ravagé la côté est du Japon et causé une catastrophe nucléaire au sein de la centrale de Fukushima, les effets de cette catastrophe se font ressentir de plus en plus dans le monde entier.

La Russie est un large débouché pour les voiture d'occasions japonaises, et la semaine dernière les douanes russes de Vladivostok dans l'Est de la Russie ont déclaré avoir décelé la présence anormale de radioactivité sur 49 voitures. Une mesure surprenante quand on sait que la Russie est la plus grande décharge nucléaire du monde.

Ces mesures montrent des contaminations au cesium 137 et à l'uranium 238 avec des teneurs 2 à 6 supérieures à la norme en vigueur. Deux éléments radioactifs dont la période est de 30 ans et de 4,468 milliards d'années, cependant il est peu probable que l'uranium provienne de Fukushima. Les autorités sanitaires russes doivent décider si ces traces de radioactivités sont dangereuses pour la santé, si c'est le cas les voitures reprendront le chemin du Japon. Dans le cas contraire les propriétaire pourront rouler avec normalement.

Peu de risque pour l'usager

Cette pollution est due à des particules radioactives qui se sont déposées sur les carrosseries, les roues, la baie moteur et à l'intérieur. Le risque est surtout présent pour les véhicules d'occasion, car les constructeurs japonais réalisent plusieurs mesures de la radioactivité avant la mise en vente. Et une grande partie des voitures vendues en Europe sont produites sur notre continent. Il n'y a donc aucun risque à acheter une voiture japonaise.

Photo: Владимир КОБЗАРЬ (Wikimedia.org)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017