Excite

Les biocarburants de deuxième génération

Afin de satisfaire aux exigences européennes qui imposent 10% de biocarburants en 2020, le gouvernement français se lance avec ferveur dans un plan de développement de biocarburants de deuxième génération réalisés cette fois, contrairement à ceux de première génération, avec des produits non destinés à l'alimentation animale ou humaine.

"BioTFuel"

Aussi appelé "BioTFuel" (prononcez "bio-ti-fioul" censé rappeler le mot "beau" en anglais "beautiful"), ce projet vise à produire ces nouveaux biocarburants sous forme de biogaz et de biokérozène. En tout, l'Etat y investirait la somme colossale de 112 millions d'euros.

Mais les avis divergent quant à l'utilisation de cet argent, distribué en grande partie à des industriels du pétrole comme le groupe Total qui se verra "confier" environ 8 millions d'euros afin de développer ces nouvelles technologies.

Un "cadeau" que justifie l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe) comme une aide pour pousser les pétroliers à s'investir dans ces biocarburants de deuxième génération tout en leur permettant de suivre le projet.

Quel bilan à venir ?

Cependant certaines ONG tentent d'alerter le gouvernement. Ils semblerait en effet que le remède pourrait bien se révéler pire que le mal pour l'environnement puisque selon Jean-Louis Bal, Directeur des ENR (énergies renouvables) de l'Ademe, "si on convertit des prairies ou pire, une forêt, qui stockaient des quantités considérables de CO2, soudain relâchées dans l’atmosphère, le bilan devient catastrophique".

Les tests devraient pourtant être lancés très rapidement pour atteindre un rendement de 30% alors que rien dans les rapports de l'Ademe, commandés lors du Grenelle de l'Environnement, n'envisagent l'impact sur les sols d'un changement d'affectation qui pourrait s'avérer désastreux sur l'écologie et pour l'avenir de la planète.

Photo : developpementdurable.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017