Excite

Les flops du Grand Prix de Malaisie

Avec ses longues lignes droites et ses virages rapides, le circuit de Sepang pénalise encore plus les monoplaces mal nées aérodynamiquement et disposant d'un faible appui.

C'est également une piste très éprouvante pour les pilotes, et une préparation physique insuffisante favorisera les erreurs en fin de course.

Grosse erreur de Petrov

Petrov avait réalisé un weekend exceptionnel en Australie, et jusqu'à cinq tours du but tout se déroulait plutôt bien également en Malaisie. Qualifié 8e, auteur d'un superbe départ, il était finalement revenu à son rang de départ en fin de course, ce qui derrière les Red Bull, McLaren et Ferrari était une bonne performance. Mais au 53e des 56 tours de course, le pilote russe est sorti trop large dans le double droite rapide, est resté pied au plancher et a littéralement décollé sur une bosse (que faisait-elle là ?) avant de s'écraser sur la piste, coupant net sa crémaillère de direction. L'accident aurait pu être grave mais heureusement Petrov ne perd que ses précieux points.

Qu'arrive-t-il à Mercedes ?

Mercedes avait déjà déçu à Melbourne, mais il s'agit d'une piste spéciale et les circonstances de courses ont joué contre elles.

À Sepang, on a pu constater à quel point l'équipe est loin du compte. Schumacher a échoué en Q2 et termine 9e (à près d'un tour de Vettel) d'une course qui l'a vu batailler avec les Sauber, Force India et autres Toro Rosso. Rosberg se classe même plus loin, à la 12e place. Dire que certains les voyaient en lutte pour la victoire dès le début de saison !

L'accrochage Hamilton-Alonso

Hamilton est décidément de tous les mauvais coups. Après avoir louvoyé face à Alonso pour conserver sa position, les deux pilotes se sont finalement touchés. Fallait-il pour autant pénaliser les pilotes après course, en particulier Alonso ?

Photo : HansCheska (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017