Excite

Les hoverboards sont-ils vraiment sûrs ?

Le marché des planches motoriséeshoverboards») s'est développé tellement vite aux Etats-Unis qu'il inquiète les autorités locales, un peu dépassées par cet afflux d'engins motorisés roulant sur les trottoirs et slalomant entre les piétons. Les hoverboards sont déjà interdits sur les campus universitaires californiens. À New York, il n'est pas possible de les utiliser dans la rue, car la loi impose l'immatriculation de tout véhicule motorisé utilisé sur les routes.

Plus grave, certains hoverboards mis en vente pâtissent de graves défauts de fabrication. Le problème le plus récurent est la combustion spontanée de l'appareil, souvent à cause de sa batterie au lithium, un matériau instable et hautement inflammable.

En France, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a constaté «des défauts de conformité majeurs engendrant des risques graves» pour la sécurité des consommateurs sur certains des hoverboards mis en vente sur Internet. Même son de cloche du côté de l'association UFC Que-Choisir, qui recommande de se méfier des hoverboards aux prix trop bas.

Aux États-Unis, Amazon a retiré certaines références d'hoverboard de ses pages, sans explication. En Grande-Bretagne, le site a même contacté des clients ayant acheté des produits considérés comme «dangereux», les invitant à s'en débarrasser «au plus vite».

Les hoverboards vont-ils donc disparaître aussi rapidement qu'ils sont arrivés dans les magasins? Ils sont en tous cas victimes de leur succès. Leur marché a grossi trop vite et est désormais encombré de très nombreux acteurs plus ou moins recommandables, rendant difficile le contrôle des autorités. Ces polémiques pourraient néanmoins le forcer à s'autoréguler, en entravant les activités de certaines entreprises et en favorisant les autres plus fiables telles PhunkeeDuck et Segway.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017