Excite

L’IndyCar ou la F1 à l’américaine

Les IndyCar sont des monoplaces puissantes et rapides, bien que plus lourdes et moins pointues techniquement que des Formule 1, et dont les courses se disputent essentiellement aux États-Unis. Le nom fait référence aux 500 miles d’Indianapolis, l’une des trois épreuves de sport automobile les plus prestigieuses au monde avec le Grand Prix de Monaco et les 24 heures du Mans.

Bien que les 500 miles d’Indianapolis soient disputées depuis 1911, la révolution majeure des monoplaces américaines fut la création en 1979 du championnat CART. Dans les années 1980, des pilotes légendaires s’y illustrent comme Rick Mears, Al Unser, Bobby Rahal ainsi que des champions du monde de Formule 1, Mario Andretti, Emerson Fittipaldi et Nigel Mansell, tous trois sacrés en F1 et en CART.

Mais, en 1996, la course des 500 miles, qui s’était jointe au championnat en 1983, décide (du moins ses organisateurs) de prendre son indépendance et de créer son propre championnat : l’IRL (Indy Racing League). C’est ainsi que de 1996 à 2003, deux championnats parallèles d’IndyCar, le CART et l’IRL, se firent une concurrence farouche.

Au départ, le CART, qui alternait ovales, circuits routiers et circuits urbains, abritait les pilotes les plus renommés et était très populaire aux États-Unis mais également à l’étranger où les fans y retrouvaient les anciennes et les futures stars de la F1 comme Villeneuve ou Montoya.

L’IRL se distinguait par des monoplaces légèrement différentes dédiées à la vitesse et aux circuits ovales, et surtout possédait Indianapolis au calendrier. De nombreux pilotes de CART s’alignaient d’ailleurs spécifiquement à cette course, et au fil des ans la plupart des stars du CART, surtout parmi les pilotes américains, migrèrent vers l’IRL, entrainant la faillite de la série CART qui devint ChampCar en 2004.

Ce nouveau championnat ne durera que quatre saisons, toutes remportées par Sébastien Bourdais, avant que les deux séries ne fusionnent enfin dans un championnat que l’on appelle couramment et simplement Indy Car. Les pilotes vedettes y sont Dario Franchitti (qui a remporté les quatre derniers championnats), Tony Kanaan, Hélio Castroneves, Scott Dixon, Dan Wheldon et Will Power. Mais c’est Danica Patrick, femme pilote et immense star aux États-Unis, qui remporte tous les suffrages de popularité et assure à elle seule la majorité de la visibilité de la discipline.

Quel futur pour l’IndyCar ?

Ces dernières années, grâce à ses courses spectaculaires, ses pilotes charismatiques et la présence de Danica Patrick, l’IndyCar s’était réconcilié avec un public qui avait un peu déserté (sauf pour la course des 500 miles) suite à la fission entre les deux championnats.

La NASCAR, l’autre championnat majeur de sport automobile américain, disputé sur des stock-cars, était alors devenu largement plus populaire. Mais le regain d’intérêt de ces dernières années pour l’IndyCar risque fort d’être mis à mal par deux évènements ; tout d’abord, le décès de Dan Wheldon lors de la dernière course de la saison 2011, dans un accident qui incombe en grande partie à la déraison des organisateurs privilégiant de plus en plus le spectacle en dépit du bon sens et de la sécurité. Ensuite, le départ de Danica Patrick pour la NASCAR dès la saison prochaine.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2019