Excite

Peugeot-Citroën & Dongfeng : c'est officiel !

Discuté depuis un bon moment, l'accord en Peugeot-Citroën et le chinois Dongfeng est officielle après la signature de tous les partenaires concernés hier à Paris.

Profitant de la visite officielle du président chinois en France, le président français, accompagné de plein de monde, a conclu l'accord définitif entre PSA et le constructeur asiatique Dongfeng, qui entre au capital de l'entreprise française à hauteur de 14 %.

Xi Jinping, le président chinois, était entouré pour l'occasion de François Hollande et de Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances car l'Etat Français prend lui aussi 14 % de participation du groupe automobile, histoire de contrôler (un peu) ce que deviendra cet accord de coopération technique.

Rappelons par la même occasion que Dongfeng collabore déjà, en Chine, avec Renault par le biais d'une usine commune. Dans ce pays, un constructeur étranger est tenu officiellement de travailler avec un constructeur du cru via une société commune.

Les fameux 14 % représente 800 millions d'euros que Dongfeng n'a eu aucun mal à se séparer et que l'état français a trouvé quelque part dans les couloirs ou les placards de l'Elysée. Le perdant du jour est la famille Peugeot qui voit sa participation passer de 25.44 % à 14 % mais les actionnaires historiques n'avaient plus le choix.

Grâce à cette alliance inédite, Peugeot ambitionne de tripler le volume de production de son entreprise commune avec le chinois et joliment nommée DPCA. L'objectif est 2020 et les deux compères comptent assembler au moins 1.5 million de véhicules par an. Pour concrétiser cela, le lancement de deux à trois modèles par an pour Peugeot, Citroën et la marque propre de DPCA, Feng Shen, sera l'objectif

Point le plus intéressant de l'accord, la création d'un centre de Recherche et Développement commun sera réalisée en Chine et dédié au développement des produits et technologies destinés aux marchés à forte croissance, comme la Chine... par exemple.

Pour terminer, une nouvelle joint-venture verra le jour. Elle aura pour but de développer les ventes des véhicules des deux partenaires en Asie du Sud-Est et potentiellement sur d'autres marchés en croissance comme l'Inde.

Cette coopération technique et financière devrait aider le constructeur français et son allié chinois à réaliser des synergies entraînant des économies de 400 millions d'euros par an d'ici 2020. C'est tout le mal que l'on peut leur souhaiter.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017