Excite

Prime à la casse de 1 000 euros

La prime sera de 1 000 euros. Le coût global de 200 millions. Elle concernera les véhicules aux particuliers et devrait favoriser la relance du marché des véhicules neufs. Sur le mode des Balladurette et Juppette (Balladur et Juppé), cette prime inciterait également à acheter des véhicules beaucoup moins polluants.

Le discours du président de la République a été précis, il faut une relance de l’économie avec des mesures claires et applicables rapidement. Ce plan concernera les investissements publics, les exonérations de charge, l’emploi, les primes à la casse… Une prime à la casse qui vient se combiner avec celle déjà existante, du bonus-malus mis en place à la suite du Grenelle de l’environnement. L’idée était de se débarrasser de sa vieille voiture au profit d’une plus propre avec une aide de l’Etat de 300 euros.

Mais ce qui est aujourd’hui plus inquiétant encore, c’est une économie française qui a dû mal à redémarrer. A la mi-journée, Nicolas Sarkozy a longuement évoqué la hausse du chômage, la crise et a proposé un plan de relance d’environ 26 milliards d’euros, soit 15,5 milliards d’euros de dépenses supplémentaires en 2009.

En vidéo, le plan de relance de Nicolas Sarkozy (durée: 55 minutes)



Concrètement, voici les dispositions prises. La plus grosse part des dépenses sera réservée à l’investissement public avec 10,5 milliards d’euros. Ils se décomposeront entre les grandes entreprises publiques et les collectivités locales pour accélérer divers programmes d’équipement. 700 millions seront alloués aux Très petites entreprises (TPE, moins de dix salariés) qui se verront exonérées de leur charge patronale pour toutes embauches de nouveaux salariés en 2009.

Les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) obtiendront 200 euros versés par l’Etat en mars 2009. La construction ou l’acquisition par l’Etat de 100 000 logements sociaux se fera dans les deux prochaines années avec un doublement du prêt à taux zéro pour l’achat d’un logement neuf. Coût du programme, 600 millions. Concernant les mesures en faveur de l’emploi, Nicolas Sarkozy s’est tenu aux promesses faites à Valenciennes, en novembre dernier, l’Etat injectera 500 millions d’euros.

Enfin, un ministre dédié (on se sait pas encore lequel) suivra scrupuleusement les avancées du plan de relance. "Ce plan sera mis en œuvre intégralement. Il sera mis en œuvre rapidement. Il sera mis en œuvre totalement. Je veillerai à ce qu'il en soit ainsi avec le Premier ministre, de façon à ce qu'il n'y ait aucun recul, aucune hésitation, aucun renoncement par rapport à ce qui a été décidé", a souligné le chef de l’Etat.

Photo: Dominique Foy

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017