Excite

Sécurité Routière: attention à la somnolence?

L'Association des Sociétés Françaises d'Autoroute (ASFA) tire le signal d'alarme contre la somnolence au volant qui serait responsable de pas loin de 15% des décès sur les routes.

De nombreux facteurs sont accidentogènes tels que la vitesse, l'alcool, l'usage de médicament, le mauvais entretien du véhicule, ou téléphoner en conduisant. Mais l'on oublie souvent que que le manque de sommeil peut nous tuer. L'ASFA vient de décider d'alerter les pouvoirs publics face à ce fléau qui est la première cause de mortalité sur les autoroutes et pourrait représenter pas moins de 15% des décès sur l'ensemble du réseau routier français.

Un phénomène sous-estimé

Pour mieux appréhender l'ampleur du phénomène l'ASFA a fait réaliser une grande enquête auprès de 40 000 automobilistes, qui révèle qu'une somnolence extrême aurait poussé au moins 28 % des conducteurs à devoir s'arrêter et se reposer au cours de l'année précédente, et 11% des sondés déclarent être passé près de l'accident.

Méfiance lors des trajets courts

Si la somnolence se fait particulièrement sentir lors des longs et ennuyeux trajets sur autoroutes, ce n'est par sur celles-ci qu'elle génère le plus d'accident, 85% des accidents mortels liés au manque de sommeil ont lieu lors de trajets courts, plus étonnant encore 54% de ces accidents se déroulent en ville. La tranche d'âge des plus touchés est celle des 18-30 ans.

Vers une législation

L'ASFA et la Sécurité Routière veulent désormais faire de la somnolence au volant leur cheval de bataille, notamment en demandant la création d'un cadre législatif permettant aux gendarmes d'intervenir et de verbaliser, en cas de manque de sommeil manifeste. Une mesure qui inciterait les conducteurs à être plus vigilant.

Photo: Sécurité Routière

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017